Des économies dans la fonction publique ?

50 milliards, c’est le montant des économies que le gouvernement veut faire. 50 milliards : où les trouver ? Les impôts ? Les taxes ? Les dotations de l’État aux collectivités ? Une partie de la solution se trouverait-elle dans la fonction publique elle même?

Elle représente 5,4 millions d’agents fin 2011 (source) mais sont-ils tous utiles pour le bon fonctionnement de nos infrastructures?

L’affaire du fax sans encre a fait grands bruits. Un meurtrier a été relâché car un papier n’est pas parvenu à temps à la chambre d’instruction : erreur de procédure (source). Tout salarié aurait trouvé une solution à ce problème. Demander à utiliser le fax du bureau d’à côté, descendre d’un étage et en utiliser un autre, … Ces erreurs arrivent mais est-ce que les solutions sont trouvées pour que ça n’existe plus ? Le fonctionnaire a t-il eu une sanction ? Dans une entreprise privée le salarié aurait été licencié pour faute grave.

De plus, le gel de l’avancement des fonctionnaires, encore un couac gouvernemental. Certains veulent un gel pour faire des économies, le premier ministre dit « non ». Aujourd’hui dans le secteur privé on gravit des échelons lorsqu’on a les preuves que notre travail est bien fait. Cependant dans le secteur public, ce n’est pas le cas. On change d’échelons grâce à notre ancienneté. Notre travail est-il bien fait ? Avons-nous les compétences pour prendre plus de responsabilités ? Ces questions ne sont pas posées. Pour faire des économies on devrait d’abord réfléchir sur un autre système de l’avancement des fonctionnaires. Pourquoi faire augmenter d’un échelon un fonctionnaire pour seule raison de son ancienneté?

Auparavant le gouvernement Fillon avait mis en place un jour de carence dans le secteur public. Il permettait de se rapprocher un peu du système privé qui en compte trois. Les effets ont été immédiats, environ 40% de moins d’absentéisme. (source). Le gouvernement, en mal d’opinion favorable, a supprimé ce jour de carence. On avait trouvé la solution pour que le secteur public fonctionne mieux et qu’il coûte moins cher. Tout d’un coup Monsieur Ayrault supprime tout pour satisfaire son électorat. De l’autre côté, il préfère augmenter les impôts de tous les contribuables.

La fonction publique territoriale peut aussi faire des économies. Selon le rapport d’octobre 2013 de la Cour des Comptes, la masse salariale de la fonction publique territoriale a augmenté de 19% depuis 2004. On pourrait dire que cela est en adéquation avec le transfert de compétences. Mais ce même rapport nous informe que cette augmentation n’est du que de moitié à ce transfert. Comment aujourd’hui pouvons nous nous satisfaire d’une augmentation du nombre de fonctionnaires alors que le gouvernement veut faire 50 milliards d’économies ?

Toutefois, il ne faut pas oublier que nous avons besoin de la fonction publique. Nos infrastructures ne pourraient pas fonctionner sans elle. De plus, certains fonctionnaires sont méritants et travaillent beaucoup. Ainsi, nous pourrions nous demander si avec tous ces dysfonctionnements, ce coût élevé et ces économies que nous devons faire, il ne faudrait pas réformer ce secteur.

A propos de Matthieu Delomier